Rugby à XV (Rugbyman) – Fiche métier

Rugby à XV (Rugbyman) - Fiche métier de l'encyclopédie gratuite des métiers.

Le guide des métiers
Encyclopédie libre des métiers
Buzz métier

Accès aux métiers par thèmes :
Recherche métier :

Encyclopédie des métiers   Ajouter un métier   Ajouter une vidéo métier
Rugby à XV (Rugbyman)

Rugby à XV (Rugbyman)

Le rugby à XV, qui se joue par équipes de quinze joueurs, est la variante la plus pratiquée du rugby, famille de sports collectifs mettant aux prises deux équipes qui se disputent un ballon ovale, joué à la main et au pied. L’objectif du jeu est de marquer plus de points que l’adversaire, en marquant soit des essais soit des buts. Le rugby à XV est originaire de l’Angleterre et s’est développé à la fin du XIXe siècle dans les pays anglo-saxons (Afrique du Sud, Australasie, Royaume-Uni), l’Argentine, la France.

L’International Rugby Board (IRB), créé en 1886, gouverne ce sport et en publie les règles[1].

Symbole de la coupe du monde de rugby en France

Symbole de la coupe du monde de rugby en France

 

 

 

Histoire

 

Les origines

William Webb Ellis

William Webb Ellis

Certaines études affirment que l’ancêtre du rugby est la soule ou sioule, sport très pratiqué en France dès le Moyen Âge. La soule a en effet des caractéristiques communes avec le rugby, comme le knappan au pays de Galles, le hurling en Cornouailles et en Irlande, le calcio en Italie, qui ont vu le jour à la même époque. Mais ces jeux se sont vite éteints à la fin du XVIIIe siècle, au contraire du folk football qui a trouvé refuge dans les collèges anglais (référence: GEO Magazine, no 343, septembre 2007, « Les origines: histoires vraies et contes de fées », Sébastien Darbon, pages 66 et 76.). La variante originale a été inventée sur le terrain du principal collège de la ville de Rugby[2] (Angleterre). La légende voudrait qu’au cours d’une partie de football à la mi-1823, William Webb Ellis, élève de ce collège (la Rugby School[2]) et futur pasteur, porta dans ses bras le ballon derrière la ligne de but adverse alors que la tradition était de le pousser au pied. En réalité, les origines du rugby sont bien plus complexes.

Rugby, ville anglaise du Warwickshire.

Rugby, ville anglaise du Warwickshire.

Les collèges britanniques de l’époque pratiquaient chacun un jeu de ballon dérivé de la soule. Chaque collège avait ses propres règles et le jeu au pied et à la main étaient fréquents. Le geste de William Webb Ellis, de garder à la main le ballon, dans une phase de jeu qui ne le permettait pas, a fait progressivement évoluer la règle du collège de Rugby. Mais avec l’apparition du chemin de fer, les collèges ne vont plus être isolés et des rencontres sportives vont devenir possibles. Il faut bien dès lors se mettre d’accord sur les règles à adopter. On voit ainsi dans les premières rencontres les matchs se dérouler selon la règle du collège qui reçoit. Mais très vite, se fait sentir le besoin d’avoir des règles plus uniformes. S’ensuivirent des querelles entre les partisans d’un jeu favorisant le pied (dribbling) et ceux qui voulaient limiter ce jeu jugé trop violent (il faut se rendre compte que le jeu de l’époque diffère de celui pratiqué aujourd’hui). De cette querelle naîtra le Football Association (soccer ou football abusivement utilisé) et le Rugby-Football du nom de leur organisation respective. [3].

Cette pratique, qui faisait désormais la particularité du football joué dans la Rugby School, autrement dit les Rugby School rules ou le rugby football, sera codifiée pour la première fois en 1846 par les élèves, puis le 8 décembre 1863, à Cambridge, par les étudiants de cette université, tous d’anciens élèves de Rugby. Le « Rugby-Football » était né.

 

Fondation du jeu moderne

En 1871, pour se distinguer définitivement du football et de la « Football Association », est créée la première fédération nationale : la Rugby Football Union (RFU). Cette année 1871 voit aussi l’Écosse et l’Angleterre s’affronter le dimanche 27 mars 1871[4]. C’est la première rencontre internationale jamais disputée. Le match a lieu à Raeburn Place, situé à Édimbourg (Écosse). L’Écosse l’emporte 4-1 devant 4 000 personnes[5][6].

Le match est joué au Raeburn Place, un stade de cricket car la fédération écossaise de rugby n’avait pas encore de stade adapté pour un match international[7]. Il est disputé par deux équipes de 20 joueurs, en deux mi-temps de 50 minutes. Les Écossais gagnent le match par 1 essai et 1 but marqués contre 1 essai pour les Anglais.

La première équipe d'Irlande contre l'Angleterre le 15 février 1875.

La première équipe d’Irlande contre l’Angleterre le 15 février 1875.

Progressivement, la RFU va adopter différentes règles pour améliorer le jeu, comme la suppression de certains coups dangereux, l’autorisation de la passe à la main en 1875, la diminution du nombre de joueurs de vingt à quinze en 1877.

Peu à peu, le rugby, jusque là réservé aux élites, gagne toutes les couches sociales. Dans les années 1880 se pose la question du professionnalisme, adopté en 1885 par le football, qui créera une scission au sein du rugby. Dès 1891, soit un an après la création de l’International Board, instance chargée de la gestion du jeu et de ses règles, les clubs du Nord réclament une aide pour rembourser aux ouvriers le temps de travail perdu à cause des matchs disputés le samedi, jour ouvré, mais la RFU refuse. Après plusieurs tentatives, la Northern Rugby Football Union, d’abord copie professionnelle de la RFU, est créée le 27 août 1895.

Carte du Royaume-Uni et de l'Irlande

Carte du Royaume-Uni et de l’Irlande

La revanche entre les équipes d’Écosse et d’Angleterre a lieu, sur le terrain de ces derniers, à l’Oval de Londres. L’Angleterre remporte le match par 8-3 (les Anglais inscrivent trois essais, une transformation et une pénalité, et les Écossais marquent un drop goal)[8]. Le match suivant entre les deux nations se déroule au Hamilton Crescent de Glasgow, il se termine sur un partage des points[9]. Les deux nations se rencontrent à nouveau deux ans plus tard, le lundi 23 février 1874, la rencontre se solde par un succès anglais 3-1.

L’Irlande débute sur le plan international en rencontrant l’Angleterre en 1875 (défaite 7-0 des Irlandais) (voir Angleterre-Irlande en rugby à XV)[10]. Le Pays de Galles débute un peu plus tard sur le plan international avec des matchs contre l’Angleterre en 1881, l’Irlande en 1882 et l’Écosse en 1883.

Ce n’est qu’en 1884 que ces quatre équipes se rencontrent toutes pendant la même saison, en effet il manque un match à l’édition de 1883 pour que le Tournoi soit disputé complètement[11]. Les éditions de 1885, 1887 et 1889 ne sont pas complétées, à la suite de disputes entre fédérations[12].

Les Anglais sont exclus des éditions de 1888 et 1889 du Tournoi en raison de leur refus de rejoindre l’International Rugby Board[13] [14].

 

Le développement

Pendant cette période, les équipes britanniques s’ouvrent à de nouveaux horizons : premières rencontres internationales contre l’Afrique du Sud, l’Australie, la France, la Nouvelle-Zélande.

L'équipe néo-zélandaise de 1884

L’équipe néo-zélandaise de 1884

Le rugby est introduit en Nouvelle-Zélande par Charles John Monro à la fin des années 1860. Monro avait découvert le rugby pendant ses études au Christ’s College Finchley, en Angleterre[15]. Le premier match de rugby en Nouvelle-Zélande se déroule le 12 septembre 1870, il oppose les équipes de Nelson et de Wellington dans la ville de Petone[16]. La première fédération néo-zélandaise, la Canterbury Rugby Football Union, est créée en 1879[17].

Les équipes de clubs néo-zélandais disputent leurs premiers matchs internationaux en 1882 à l’occasion de la tournée en Nouvelle-Zélande de l’équipe australienne de la Southern Rugby Union (l’actuelle New South Wales Rugby Union). L’équipe visiteuse joue contre des clubs d’Auckland à deux reprises, puis deux fois contre Wellington et une fois contre Canterbury, Otago & West Coast et North Island.

James Allan, joueur All Black N°1 en 1884

James Allan, joueur All Black N°1 en 1884

Les Australiens remportent quatre matchs et perdent trois fois. En 1884, une équipe de Nouvelle-Zélande fait pour la première fois une tournée à l’étranger, en Nouvelle-Galles-du-Sud, elle joue huit matchs et les remporte tous[18].

La première tournée d’une équipe britannique en Nouvelle-Zélande a lieu en 1888, les Lions britanniques jouent en Australie et en Nouvelle-Zélande [19]. Cette tournée des Lions est organisée par deux joueurs de cricket, Arthur Shrewsbury et Alfred Shaw, qui recrutent principalement des joueurs du Nord de l’Angleterre et de l’Écosse. Cette tournée n’a pas le soutien de la fédération anglaise car l’organisation de la tournée est faite par des entrepreneurs privés, en contradiction avec la règle d’amateurisme imposée par la fédération anglaise[20], et de ce fait aucun test n’est disputé[21]

Une équipe représentant la Nouvelle-Zélande fait une tournée en Grande Bretagne en 1905, elle est appelée les Originals. Le terme All Blacks est utilisé pour la première fois à cette occasion, suite à ce qui aurait été une erreur d’imprimerie! Un journaliste du Daily Mail se serait exclamé « They are all backs »! (ils sont tous des arrières!) pour souligner la qualité du jeu à la main des avants, et le résultat aurait donné « They are all blacks » (ils sont tous noirs) dans les pages du journal[22]. Toutefois, il semblerait qu’aucun journal anglais de la période 1905-1906 ne contienne une telle erreur typographique, et cette théorie est aujourd’hui généralement rejetée[23]. La tournée est un succès pour les Originals qui ne perdent qu’une fois contre le Pays de Galles à Cardiff, par 3-0[24]. La victoire des Gallois est contestée en Nouvelle-Zélande, un essai néo-zélandais qui a été refusé aurait conduit à un match nul 3-3.

C’est également lors de cette tournée que l’équipe de Nouvelle-Zélande affronte la France et la domine 38-8 pour… ce qui sera le premier match officiel de l’équipe de France de rugby à XV, le 1er janvier 1906. Ce match , arbitré par Louis Dedet, est disputé au Parc des Princes devant 3 000 spectateurs et se termine par une victoire des Néo-zélandais par 38-8[25],[26]. Le capitaine Henri Amand a l’honneur d’être le premier capé du rugby français[27], à noter la présence de l’Anglais William Crichton et de l’Américain Allan Muhr au sein de l’équipe de France.

Le 22 mars, l’équipe de France, qui inaugure sa première tenue tricolore (maillot bleu, culotte blanche et bas rouges), rencontre l’Angleterre au Parc des Princes et perd 8 à 35. Ce résultat honorable conduit les Anglais à jouer un match annuel contre le XV de France, ils sont imités un peu plus tard par les Gallois et les Irlandais[28].

L’équipe de France est admise pour la première fois à disputer le Tournoi en 1910. Les Français n’étaient que quatorze la veille du match lors du rassemblement des joueurs à la gare Saint-Lazare , le dirigeant Charles Brennus a alors l’idée de récupérer d’urgence un joueur parisien, Joe Anduran, pour compléter l’équipe et permettre ainsi à l’équipe de France de jouer son premier match du Tournoi au complet[29]. Le XV de France fait son apprentissage du rugby international et termine régulièrement dernier du Tournoi jusqu’en 1914, sauf en 1911 car il finit 4e devant l’équipe d’Écosse.

De 1906 à 1914, l’équipe de France dispute 28 rencontres internationales et remporte une seule victoire, contre l’Écosse le 2 janvier 1911 sur le score de 16-15, c’est sa première victoire internationale[30],[31]. Dans cette équipe conduite par Marcel Communeau, l’ailier Pierre Failliot, surnommé l’Autobus, se met en évidence en marquant deux essais et en évitant un essai écossais à quelques secondes de la fin du match [32].

Le premier test match des All Blacks contre les Lions britanniques a lieu en 1908, les Lions étaient alors appelés les Anglo-Welsh car l’équipe était composée uniquement de joueurs anglais ou gallois. Les All Blacks remportent les deux test matchs.

les États-Unis battent la France pour la médaille d'or des Jeux de 1924.

les États-Unis battent la France pour la médaille d’or des Jeux de 1924.

Amateur de rugby, amateurisme oblige, le baron Pierre de Coubertin l’inscrit au programme des Jeux olympiques mais l’IRB se retire après les Jeux de 1924 suite à une finale jouée dans un esprit « fort peu olympique ».
1910 : la France intègre le prestigieux Tournoi des quatre nations britanniques dont elle en sera exclue de 1931 à 1947 par ces mêmes nations britanniques, accusée d’amateurisme marron et de violence extrême dans le jeu.

La rivalité entre les All Blacks et l’équipe d’Afrique du Sud (les Springboks) commence en 1921 à l’occasion d’une tournée des Springboks en Nouvelle-Zélande. Cette première confrontation se conclut sur une égalité entre les deux équipes (une victoire, une défaite et un match nul)[33]. La rivalité entre All Blacks et Springboks se poursuit aujourd’hui avec les trois rencontres annuelles du Tri-Nations.

1930 (déc.) – 1931 (jan.) : pour contrer violence, amateurisme marron et « racolages en tous genres », douze clubs créent leurs fédérations : l’Union française de rugby amateur – UFRA – et leur championnat (ils réintègreront la FFR en juin 1932)[34].
1934 : la France exclue du Tournoi depuis 1931 se rapproche de l’Allemagne, de l’Italie et de la Roumanie et crée la FIRA[35].
1947 : réadmission de la France dans le Tournoi des Cinq Nations mais en 1952 les Home Unions (l’Angleterre, l’Écosse, l’Irlande et le Pays de Galles) contestent, comme en 1930, la gestion du rugby français par la FFR (concept d’amateurisme, de championnat, …); grâce aux dirigeants R. Crabos et A. Jauréguy elle ne sera pas de nouveau exclue du Tournoi des Cinq Nations et le remportera pour la 1re fois en 1954.
1968 : la France décroche son premier Grand Chelem.
1978 : la France intègre l’IRB.
1981 : l’Afrique du Sud est exclue de toute rencontre internationale à cause de l’apartheid. Elle réintègrera le rugby international en 1995 lors de la coupe du monde qui a lieu sur son sol, et qu’elle remporte.
1987 : 1re coupe du monde.

 

L’ère professionnelle

Vue générale d'un match de rugby au stade de France

Vue générale d’un match de rugby au stade de France

1995 : professionalisation du rugby. L’IRB met fin à l’amateurisme et permet la rémunération des joueurs.
2000 : le Tournoi des Cinq nations devient le Tournoi des six nations avec l’entrée de l’Italie.

 

Règles et spécificités de jeu

 

Aspects généraux du jeu

  • But du jeu

Le but du jeu consiste à marquer plus de points que l’adversaire. Les points sont obtenus en marquant

un essai : le ballon est « aplati » (« pressé » à la main contre le sol) dans la zone d’en-but de l’adversaire, ce qui rapporte cinq

essai

essai

points, plus le droit de tenter un but appelé « transformation » pouvant rapporter deux points supplémentaires. À l’origine, le fait d’aplatir dans l’en-but ne marquait aucun point mais donnait seulement le droit de tenter un but d’où son nom d’essai, transformable en but (try, « essayer » en anglais).

Les règles stipulent que le ballon doit subir une pression de haut en bas et marquer un temps d’arrêt au sol. Si un joueur s’interpose entre l’ovale et l’en-but au moment ou le cuir est aplati, l’essai n’est pas accordé. La ligne d’en but et la base du poteau comptent comme parties tenantes de la zone d’en-but. La zone de « ballon-mort » est définie par la prolongation de la ligne de touche et la seconde limite du terrain.

pénalité de Percy Montgomery

pénalité de Percy Montgomery

un but : le ballon passe entre les poteaux, au-dessus de la barre transversale, sur un coup de pied « placé » ou sur un coup de pied « tombé » (drop en anglais) dans certaines circonstances, en particulier comme pénalité infligée à l’adversaire. Sauf pour la transformation évoquée ci-dessus, les buts rapportent 3 points.

(Voir plus loin les explications relatives aux mots en italique)

Article détaillé : Décompte des points au rugby à XV.
  • Le terrain

Le rugby se joue sur un terrain gazonné comprenant une aire de jeu rectangulaire dont les longueurs (de 100 m) sont les lignes de touche, et les largeurs (de 70 m) sont les lignes de but. De chaque côté de l’aire de jeu, au delà de la ligne de but, une ligne de ballon mort délimite avec cette dernière la zone d’en-but (22 m max).
Au milieu de chaque ligne de but sont implantés des poteaux de 8 m de haut, distants l’un de l’autre de 5,60 m et supportant une barre transversale à 3 m du sol.

Le terrain comporte un tracé utilisant deux types de lignes:

Les lignes pleines qui délimitent des aires de jeu, pour lesquelles s’appliquent des règles particulières (les lignes font partie des zones qu’elles délimitent : la ligne de touche est en touche, la ligne de but est dans l’en-but, etc.) Seule, la ligne de milieu de terrain n’entraine aucune règle particulière (aucune règle ne voit son champ d’application limité par la ligne médiane Elle ne sert que pour les remises en jeu, en début de mi-temps ou après des points marqués, en ce sens elle se comporte comme une ligne en pointillés).
Les lignes en pointillés (plus précisément « lignes tiretées »), qui délimitent des zones liées à des remises en jeu.
  • Le ballon

Le rugby utilise un ballon « ovale » (en fait de section elliptique) pouvant être lancé à la main, frappé au pied ou porté par les joueurs.

Lancé à la main, le ballon ne doit pas progresser vers l’en-but adverse, (le lancé parallèle aux lignes d’en-but est l’extrême limite) sinon il y a « en-avant », faute qui peut être pénalisée par une mêlée voire une pénalité si l’action est entachée d’anti-jeu (exemple : fausse tentative d’interception — on tape sur le ballon sans chercher à vraiment le saisir).

Au pied, le ballon peut être botté de trois manières différentes :

coup de pied de volée : le joueur portant le ballon le lâche devant lui, et le frappe du pied avant que celui-ci ne touche le sol. C’est le coup de pied « à tout faire ». En cours de jeu, un ballon au sol, botté à la manière des footballeurs (c’est-à-dire sans avoir été ramassé à la main au préalable) est équivalent à un coup de pied de volée.

Drop de Stephen Jones

Drop de Stephen Jones

coup de pied tombé ou drop : le joueur portant le ballon le lâche devant lui, mais ne le frappe qu’après qu’il touche le sol. C’est une forme de coup de pied obligatoire pour certaines remises en jeu, et il est utilisable pour marquer des buts en cours de jeu (« drop goal »), mais aussi, bien que rarement pratiqué, pour les transformations et les pénalités.
coup de pied placé : le ballon est posé au sol, pouvant être maintenu dans la position souhaitée par un petit tas de sable, de sciure ou par un accessoire en caoutchouc (le tee), voire par un co-équipier, puis il est frappé à la manière des footballeurs. Ce coup de pied n’est guère utilisé que pour les tentatives de but (pénalités et transformations).

Note: jusqu’à la fin des années 1980, les botteurs avaient l’habitude de creuser des trous dans le gazon, avec leur talon, pour placer le ballon. Cette pratique avait des conséquences néfastes sur l’état des pelouses, depuis l’utilisation d’un tee (comme au golf) s’est généralisée et a été codifiée.

Dans le jeu au pied, notons aussi le talonnage qui consiste à pousser du pied le ballon vers l’arrière, et ce, généralement dans les mêlées (ordonnées ou non).

Porté, le ballon ne peut l’être que par un joueur debout. Au sol, un joueur porteur du ballon doit impérativement le lâcher ou l’aplatir s’il est dans un en-but. (Est réputé « debout » un joueur n’ayant au maximum que ses deux pieds en contact avec le sol. S’il prend appui sur une autre partie du corps, il est réputé « au sol »).

 

Les règles essentielles

  • Principales phases de jeu
  • Remise en jeu
remise en jeu

remise en jeu

Début de période et après marquage : Au début du match, l’équipe préalablement tirée au sort procède à la mise en jeu. En deuxième période (après la mi-temps) la remise en jeu est effectuée par l’autre équipe. Après marquage par une équipe, la remise en jeu est faite par l’équipe adverse.

Cette remise en jeu se pratique ainsi : un joueur de l’équipe qui vient d’encaisser des points (généralement le numéro 10 dit le demi d’ouverture, voir chapitre Composition d’une équipe) donne un coup de pied tombé. Les autres joueurs de son équipe ne doivent pas franchir la ligne médiane avant que le ballon ne soit parti. Le ballon doit obligatoirement franchir la ligne des 10 mètres. Si le ballon ne la franchit pas sans être repris par un adversaire, ou si l’équipe part devant son botteur, ou si le ballon va directement en touche, l’équipe qui vient de remettre en jeu est sanctionnée (mais l’adversaire peut aussi demander que la remise en jeu soit refaite) en général par une mêlée avec introduction à l’équipe adverse.

Touche de rugby

Touche de rugby

Sortie en touche : Il y a touche lorsque le ballon :
  • franchit les lignes de touche,
  • roule sur la ligne, celle-ci faisant partie de la touche (voir « le terrain »),
  • est porté par un joueur et que celui-ci sort en touche (ex : un joueur est plaqué, il conserve le ballon, s’affale de tout son long sur le terrain mais un bout de sa chaussure passe en touche alors il y a touche pour les adversaires)
Sortie de but, ballon mort, ballon aplati dans son camp… : en cours de rédaction
arrêt de volée : l’arrêt de volée consiste à récupérer le ballon directement tapé au pied par un adversaire- le ballon n’a touché ni le sol, ni un autre joueur, mais peut avoir touché les poteaux-, et ce, à condition d’être dans ses propres 22 mètres ou son enbut, et de crier « MARQUE ». Si l’« arrêt de volée » est accordé, il se joue au point de marque comme un coup franc ordinaire (voir ci dessous), sauf que c’est l’« arrêteur » qui doit le jouer. Jusqu’en 2004, la règle exigeait de plus que cet arrêt se fasse les deux pieds en appui au sol. Plus anciennement encore, cet arrêt pouvait se faire n’importe où, et même sur un en-avant de l’adversaire.
  • Sanctions

La pénalité : Certaines fautes (ex : hors-jeu, plaquage irrégulier, etc.) sont sanctionnées par une pénalité (l’arbitre se place à l’endroit de la faute, les épaules parallèles aux lignes de touche en levant à la verticale le bras situé du côté de l’équipe non-fautive). L’équipe pénalisée doit alors reculer à au moins 10 mètres de l’endroit de la pénalité (ou derrière sa ligne de but, si la pénalité est à moins de 10 mètres de celle-ci). Une pénalité se tape au pied, sauf si l’équipe bénéficiaire préfère faire une mêlée. Sur coup de pied de pénalité on peut :

  • tenter un but.
  • taper en touche, c’est-à-dire tenter d’envoyer la balle en touche en bénéficiant de règles privilégiées : touche directe toujours valide et bénéfice de la remise en jeu. On parle de « penaltouche » lorsque, alors que le but semble réalisable, l’équipe choisit de taper en touche pour bénéficier de la remise en jeu et tenter un essai d’avants. À noter que la remise en jeu se fait au moins à 5 mètres de la ligne d’en-but, même si le ballon est sorti plus près, conformément à la règle générale.
  • taper plein champ.
  • jouer « à la main »: en fait, taper un tout petit coup de pied, placé ou de volée, et repris immédiatement à la main par un même joueur, qui enchaine avec du jeu ordinaire.

Le coup-franc : Des fautes moins graves peuvent être sanctionnées par coup-franc (indiqué par l’arbitre par un « bras cassé » à angle droit, l’avant bras pointant vers le haut). Le coup-franc se joue comme la pénalité, sauf qu’il ne donne pas droit à une tentative de but, et qu’une touche trouvée ne bénéficie pas de règles privilégiées. De plus, les adversaires repliés à 10m peuvent charger le botteur, dès son premier élan. Depuis les années 1990, l’équipe bénéficiant d’un coup franc ne peut pas tenter de but (drop) tant que le ballon n’est pas devenu mort, ou n’a pas été touché par un adversaire.

La mêlée sanctionne des fautes mineures comme l’en-avant, ou des remises en jeu incorrectes.

Une faute volontaire d’anti-jeu peut entraîner en outre une exclusion temporaire d’un joueur pour une durée de 10 minutes (« carton jaune »).

L’essai de pénalité : L’arbitre a également le pouvoir d’accorder l’essai sur une faute volontaire de l’adversaire sans laquelle un essai aurait pu être marqué. Il est accordé entre les poteaux. Les essais de pénalité sanctionnent souvent une série de mêlées écroulées sur la ligne d’en-but.

  • Durée, remplacements

Un match de rugby est divisé en deux mi-temps de quarante minutes chacune. Dans certaines compétitions il peut y avoir une prolongation de deux fois dix minutes en cas de match nul.

Les remplacements de joueurs n’étaient autrefois pas autorisés, puis autorisés sur blessure. Le « coaching » (remplacement pour des raisons tactiques) est maintenant permis. Seuls les joueurs présents sur le banc de touche sont autorisés à entrer sur le terrain (soit un effectif potentiel maximum de l’équipe de 22 joueurs). Un joueur qui a été remplacé ne peut plus rentrer sur le terrain (sauf pour les joueurs de première ligne en cas de blessure d’un autre joueur de première ligne). Un joueur qui saigne doit être remplacé pendant qu’il se fait soigner, il pourra ensuite reprendre sa place si la durée pour se faire soigner n’excède pas 15 minutes auquel cas le remplacement temporaire devient définitif.

 

Composition d’une équipe

Lexique du rugby à XV

Joueurs (avec leurs numeros traditionnels)

  • Piliers (1 et 3)
  • Talonneur (2)
  • Deuxièmes lignes (4 et 5)
  • Troisième ligne aile (6 et 7)
  • Troisième ligne centre (8)
  • Demi de mêlée (9)
  • Demi d’ouverture (10)
  • Centres (12 et 13)
  • Ailiers (11 et 14)
  • Arrière (15)

Espaces

  • En-but
  • 22 mètres
  • ligne de hors-jeu

Actions de jeu

  • Drop
  • Essai
  • Hors-jeu
  • Mêlée
  • Pénalité
  • Touche

Décompte des points
Règles

Tous les articles

Une équipe de rugby à XV est composée de quinze joueurs avec des postes bien définis[36]. La distinction entre joueurs prend tout son sens sur une phase statique telle que la mêlée ou la touche.

Image:Compoequirugby.gif

Tout d’abord, on distingue les avants, dénommés aussi plus familièrement les « gros » : ils sont numérotés de 1 à 8 et répartis en trois lignes (1, 2, 3 puis 4, 5 et enfin 6, 7, 8), ils occupent une place bien précise dans la mêlée.

  • Les joueurs numérotés 1 et 3 sont les piliers (gauche (en anglais Loosehead Prop) et droit (Tighthead Prop)). Ils entourent le talonneur (numéro 2 (Hooker)) et constituent la première ligne. Ils courent certes moins vite que les autres joueurs de l’équipe mais leur rôle n’en est pas moins important : les mêlées sont bien plus techniques qu’il n’y parait, ce n’est pas qu’une vulgaire épreuve de force pour savoir quel pack pousse le plus fort ! Le talonneur est également celui qui remet le ballon en jeu lors des touches même si on a quelquefois vu d’autres joueurs se charger de cette tâche lorsque le talonneur ne disposait pas d’un bon lancer.
  • Les deuxième ligne (numéros 4 (Lock) et 5 (Lock)) sont traditionnellement les plus grands de l’équipe. À l’origine, ils servaient à sauter en touche mais depuis qu’il est autorisé de porter son partenaire lors des touches, d’autres combinaisons sont bien plus utilisées (on fait sauter un troisième ligne pour dérouter l’adversaire).
  • Enfin la troisième ligne, deux troisièmes lignes aile (gauche et droite), appelés en anglais flankers, (numéros 6 (Blindside Flancker) et 7 (Openside Flancker)) et un troisième ligne centre (numéro 8) : ces joueurs se doivent d’être à la fois puissants et mobiles pour défendre efficacement sur l’adversaire. Le poste de numéro 8 est le plus souvent tenu par un joueur d’expérience et de grande taille, possédant assez de recul et d’autorité pour orienter le travail de ses équipiers au cours des mêlées.

Ensuite, viennent les arrières :

  • Le demi de mêlée (numéro 9 (Scrum Half)) : comme son nom l’indique, il introduit le ballon dans la mêlée. Si le troisième ligne centre ne s’en saisit pas, c’est lui qui le fait sortir de la mêlée. Petit, agile et vif, il doit dynamiser le jeu et alimenter le reste de son équipe en ballons. Ainsi, après chaque regroupement, il doit, dans la mesure de sa disponibilité, sortir le ballon pour un coéquipier. C’est généralement lui qui joue rapidement les pénalités pour essayer de mettre l’équipe adverse en défaut. Il s’occupe également de lancer le jeu lors de la prise en touche du ballon par un de ses avants.
  • Le demi d’ouverture (ou ouvreur, numéro 10 (Fly-Half)) : c’est lui qui touche le plus souvent le ballon dans une équipe. En effet, dans la majorité des cas, il reçoit le ballon du demi de mêlée après un regroupement puisqu’il possède une meilleure vision du jeu avec un recul plus important. C’est à lui de décider s’il tape au pied, porte le ballon ou le passe. Ses qualités de jeu au pied sont généralement reconnues mais ce n’est pas pour autant lui qui tape les pénalités et transformations dans une équipe. La transmission 9-10 (mêlée-ouverture) est souvent la clé du bon fonctionnement d’une équipe. Ces numéros 9 et 10 forment ce qu’on appelle la charnière.
  • Les centres (12 (Inside Centre) et 13 (Outside Centre)) : répartis en premier et deuxième centres (en fonction de leur proximité avec l’ouvreur), ils essaient de perforer la défense adverse en combinant technique, rapidité et puissance. Dans le rugby moderne, la distinction entre premier et deuxième centre n’a plus vraiment de sens : on devrait plutôt parler de centre gauche (12) et de centre droit (13).
  • Les ailiers gauche (11 (Left Wing)) et droit (14 (Right Wing)) : d’un gabarit plus petit, ils sont en bout de ligne d’attaque. Leur vitesse doit leur permettre de s’infiltrer dans l’espace non occupé pour aller marquer un essai.
  • L’arrière (15 (Fullback)) : dernier rempart avant la ligne d’en-but, il occupe un poste très important car il doit allier des capacités de défenseur à celles d’attaquant. Il reste souvent en retrait pour réceptionner les ballons frappés au pied par l’équipe adverse mais il peut apporter sa contribution à l’offensive de son équipe en amenant le surnombre : on dit alors qu’il « s’intercale ».

Note : Les résultats d’une équipe dépendent souvent des performances des joueurs qui en composent l’épine dorsale (on parle de postes clés ou de colonne vertébrale), c’est-à-dire l’axe central 2-8-9-10-15.

 

Équipement

 

Introduction

Une tenue complète traditionelle de rugby à XV est composé d’un maillot à col roulé (often imitated by fashion labels and called a « rugby shirt »), de shorts, de longues chaussettes et de chaussures à crampons. Some modest padding is allowed on the head, shoulders and collarbone, but it must be sufficiently light, thin and compressible to meet IRB standards. Most players also opt to wear a mouthguard to guard against concussion and chipping of the teeth.

Des fameu</td></tr><tr height=20><td></td></tr><tr><td align=

Encyclopédie Wikipédia Cette définition provient de l’encyclopédie libre Wikipédia publiée sous licence GNU FDL. Elle est reprise sur eturama.com à but informatif. Vous pouvez soumettre une modification ou un complément à cette définition sur la page correspondante de Wikipédia. La liste complète des auteurs de cet article est disponible sur cette page. Eturama.com partage les objectifs globaux de Wikipédia.

Laisser un commentaire